Développer l’esprit critique : pourquoi ? Comment ?

Un monde de surinformation et de désinformation

Avec l’avènement du numérique, nous vivons dans un monde de l’information, de la surinformation pour être plus précis. On parle aussi d’infobésité car notre cerveau – aussi puissant soit-il – est désormais incapable de traiter cette masse d’informations reçues : il est très performant mais supporte une charge de travail très limitée, limites que nous avons tendance à dépasser régulièrement.

Plus encore, les media qui veulent tous être les premiers et les plus visibles, nous bombardent d’informations – si possible spectaculaires – non complètement vérifiées, ou dont la vérification est devenue très compliquée, du fait notamment de l’impossibilité de retrouver la source d’origine avec l’effet viral de diffusion des outils numériques. Notre société est donc baignée de fausses nouvelles ou d’informations erronées (les fameuses “fake news”). Sans même parler de cela, les journaux télévisés font un choix éditorial qui est plus souvent dicté par des impératifs de parts d’audience que d’objectivité de l’information.

Une compétence devenue essentielle

Pourtant, notre société a cruellement besoin de citoyens capables de s’ouvrir aux nouvelles connaissances, de savoir la trier, et l’utiliser à bon escient pour prendre de bonnes décisions, de penser par eux-mêmes plutôt que de faire confiance à des tiers inconnus.

Des exemples ? Le nombre grandissant de personnes faisant plus confiance, sur des sujets d’importance comme leurs enfants ou leur santé, à des inconnus sur un blog ou un réseau social, qu’à un professionnel du domaine. La recrudescence de problèmes de santé liés à de mauvaises habitudes alimentaires, malgré les excellents reportages toujours plus nombreux sur le sujet.  Le succès grandissant d’émissions politiques où l’on parle plus de ce que pensent ou disent les politiques, que de ce qu’ils font réellement pour nous, alors que c’est pourtant la seule chose qui compte.

De toutes ces informations, une prise de conscience émerge certes, mais de très nombreux concitoyens sont tellement envahis que soit ils ne savent plus trier, soit ils ne le souhaitent pas ; et dans certains cas ils ne croient plus en aucune information, ce qui se confirme par la récente croissance des mouvements conspirationnistes.

Dans ce contexte, apprendre à développer son esprit critique est devenu une compétence centrale. Elle est d’ailleurs est mentionnée comme l’une des aptitudes cognitives et méta-cognitives essentielles de demain dans un rapport de  l’OCDE sur l’éducation en 2030. En France, le Ministère de l’Éducation Nationale considère cette compétence comme un enjeu majeur de l’école, au service de la construction de l’émancipation sociale, professionnelle et citoyenne des jeunes.

Un système scolaire qui manque d’audace ?

Pourtant, malgré de gros efforts sur l’éducation civique, l’éducation au débat et à la discussion, les efforts portés sur la linguistique et l’usage des mots, le système scolaire est plus considéré aujourd’hui encore comme un modèle “d’industrie” à distribuer des connaissances, qu’un lieu pour apprendre à réfléchir et élever sa conscience. Certes les mathématiques qui sont au centre de notre système, constituent un excellent outil pour apprendre à développer l’esprit logique et les raisonnements déductifs. Mais ils sont aussi un vecteur de sélection scolaire impitoyable, où progressivement on dégoûte une bonne partie des élèves, en les convainquant au passage qu’ils sont nuls en maths.

Quant au système d’évaluation quantitative, il renforce cette tendance à mettre les jeunes dans un moule : de la primaire au bac+5, les notes sont surtout là pour mesurer une acquisition de connaissance, pas une capacité à réfléchir. D’une certaine façon, notre système scolaire manque d’audace et d’innovation en la matière.

Des besoins criants dans le monde du travail

En contexte professionnel, les entreprises et organisations ne peuvent plus se contenter depuis bien longtemps de collaborateurs bien formés : le monde évolue sans cesse et de façon exponentielle, les enjeux auxquels ils font face sont de plus en plus complexes, incertains, volatils, et ambigus. Ils ne peuvent être résolus que collectivement, et en faisant preuve d’une grande créativité.

De plus, bien souvent l’enjeu concerné est mal posé ou formulé par le demandeur, qu’il soit interne ou externe. Soit parce qu’il a une vision tronquée de la question, parce qu’il s’en fait une représentation influencée par ses propres prismes de perception, de connaissances, d’idées de solutions, qui ne font que rester dans le périmètre de ce qu’il a déjà essayé et qui ne fonctionne pas. Comme disait Coluche à propos du “mec qui cherche ses clés la nuit” : il les cherche “sous le lampadaire, non pas parce qu’il les a perdues là, mais parce que c’est le seul endroit éclairé de la rue.”

Il faut donc savoir questionner l’enjeu, l’objectif posé, le remettre en cause et au final mieux le formuler pour lieux savoir y répondre de façon pertinente, ce que j’enseigne auprès des 1ère année à Centrale Supélec. Là encore il s’agit bien d’esprit critique.

Au passage, c’est cet esprit critique entre autres qui nous permettra – encore pour un certain temps – de nous différencier de l’Intelligence Artificielle, qui n’a pas encore – loin s’en faut – de notion morale ou d’éthique, ni de vécu ou de patrimoine génétique, lui conférant cette capacité à questionner l’information reçue.

Comment réveiller et favoriser cet esprit critique ?

  • En redonnant confiance à tous les élèves en maths et en raisonnement logique. Les neurosciences ont montré que tous les enfants à la naissance ont une capacité logique et mathématique innée, il faut juste savoir l’entretenir et non pas la décourager.
  • En apprenant ou réapprenant à se documenter, à rechercher l’information à la trier. C’est sans doute ce que savent très bien faire les doctorants, qui doivent avant tout établir un état de l’art de la connaissance dans leur domaine. Mais pourquoi ce savoir faire ne serait-il pas accessible dès la primaire ?
  • En apprenant à confronter les points de vue, ce qui suppose déjà une capacité à entrer en relation avec les autres, et donc à développer son empathie !
  • En apprenant à mieux connaître les mots et leur usage : une grande partie de la mésinformation vient de la non compréhension des mots que l’on utilise, ou du fait qu’ils sont progressivement dévoyés de leur sens initial (comme c’est le cas d’ailleurs du mot “critique”, qui par usage a dérivé avec le temps vers le seul côté négatif). Cela suppose de donner l’envie de cette connaissance.
  • En apprenant à manier le débat, la controverse, l’art de la discussion … Mais vous me direz, l’école fait déjà ça avec les cours de philosophie ! Certes, mais seulement en Terminale, et de plus de façon plus académique que pratique. Il faut donc aussi s’essayer aux “cafés philosophiques” dès le plus jeune âge.
  • En apprenant aussi la liberté d’expression : le débat ne peut avoir lieu que si chacun exprime ses idées, et toutes ses idées. Cela suppose des capacités de vivre ensemble, de tolérance, d’acceptation de l’autre et de la différence.
  • En apprenant aussi l’assertivité, cette capacité à dire les choses même si elles ne sont pas faciles à dire, et ce tout en respectant l’autre. Des écoles forment très tôt à la Communication Non Violentes (CNV), c’est une des façons d’avancer dans ce domaine.
  • En apprenant la bienveillance, cette capacité à suspendre son jugement de l’autre quand il s’exprime, à considérer sa parole comme aussi précieuse que la sienne, et plus globalement à croire dans le fait que l’Homme est fondamentalement bon.
  • En apprenant aussi à mieux se connaître soi-même, et donc à connaître ses propres prismes de déformation de la réalité.
  • En développant votre créativité, qui vous incite à envisager plusieurs options à une question ou un problème, plusieurs significations à un même message.

Toutes ces aptitudes me passionnent, et c’est pourquoi j’ai toujours un grand plaisir à les partager dans mes ateliers formations en développement personnel et en leadership, comme par exemple le parcours FEPS.

Permettre l’identification et l’exploitation de son plein potentiel par tous, telle est ma vocation et ce qui m’anime au quotidien.

Cyril Barbé