Du nouveau pour la rentrée !

Cette année, la rentrée scolaire est marquée par deux nouveautés sur les âges de début et de fin d’instruction obligatoire : l’âge de début passe de 6 à 3 ans, et la formation sera obligatoire pour tout jeune jusqu’à ses 18 ans (au lieu de 16 ans jusqu’à présent), ce afin de prévenir le décrochage scolaire.

Mais sur le fond, quel sera l’impact réel de ces décisions sur la réussite de nos enfants à l’école, sur leur non décrochage ? En quoi vont-elles permettre à chaque enfant de s’épanouir pleinement sur la durée et de trouver sa juste place ? Comment vont-elles permettre à l’école d’être adaptée aux spécificités de chacun et non l’inverse ?

Pour que l’école atteigne son objectif de permettre à chaque enfant de pleinement s’épanouir et trouver sa place dans un monde en mutation permanente et accélérée, il faut en priorité leur permettre d’acquérir des compétences comportementales. Dans le monde professionnel en effet, on a surtout besoin de “têtes bien faites”, le savoir est tellement volatile que se gaver de connaissances n’est plus suffisant, et de moins en moins pertinent.

Car oui, chacun d’entre nous avons la capacité d’apprendre, spontanée et naturelle ; on peut le constater au travers de l’apprentissage de la marche ou de la parole. Nous sommes tous différents et avons tous des façons différentes d’apprendre, et notre rôle d’éducateur est donc de révéler les potentiels de chacun, ce que les chercheurs comme Alex Linley ou Christopher Peterson appellent les Forces, pas de les conformer dans un moule trop contraignant.

Certes permettre le plein épanouissement de chacun ne se fait pas sans effort, il est même constitutif de l’apprentissage. D’ailleurs contrairement à une idée reçue, ce n’est pas en abaissant le niveau d’exigence que l’on aide un élève en difficulté, au contraire.

En revanche, laisser de l’autonomie aux élèves, faire confiance et doper la confiance en soi, encourager de façon sincère et authentique, éviter les comparaisons qui blessent, sont autant de clés pour les éducateurs pour permettre cet épanouissement.

En tant que parent, nous sommes aussi démunis ou désemparés avec nos enfants face à un système scolaire parfois trop standardisé, qui perdent leur attention et leur motivation au profit du numérique ou des jeux vidéos, entre autres. Nous sommes aussi désemparés face au nombre croissant d’articles, d’ouvrages, sur les conseils pour être un excellent parent. A tel point que l’on finirait par nous faire passer pour des “cancres de l’éducation”, un comble !

Personnellement j’ai accordé beaucoup d’attention à cette question de l’éducation avec mes enfants, ayant une forte sensibilité sur ce sujet. Mais force est de constater que cela n’a pas toujours fonctionné. Pourquoi ? Notre monde bouge et de plus en plus vite, et nous ne pouvons pas nous adapter suffisamment vite, et pas tous seuls.

Alors comment font les parents qui réussissent, ceux dont les enfants réussissent ? Lorsque l’on pose la question aux parents de ce qu’est la réussite de leurs enfants, ils parlent en premier de bonheur, d’épanouissement personnel, et donc permettre l’expression de leurs talents naturels, leurs potentiels, leurs forces. Pourtant, de façon plus ou moins consciente, nous leur mettons une pression de plus en plus forte pour poursuivre leurs études, et ce dans les meilleurs écoles possibles. Ceci aboutit à un grand nombre d’étudiants qui se cherchent à l’issue de leurs études, qui ne correspondaient pas vraiment à leur personnalité, leurs attentes.

Réunir ces 2 objectifs apparemment contradictoires est possible : aimer nos enfants de façon inconditionnelle (ne pas conditionner notre amour de parent à la réussite scolaire), toujours croire sincèrement en leur valeur, même si celle-ci ne semble pas s’exprimer à l’école, ou pas tout de suite (combien de cancres célèbres ont donné de brillantes carrières), être bienveillant et exigeant à la fois avec eux, savoir exprimer nos émotions et accueillir les leurs, être positif, encourager les erreurs comme autant d’occasions d’apprendre, entre autres.

Personnellement j’ai eu la chance d’être formé début 2017 par deux formidables spécialistes de ces questions : Laure Reynaud et Ilona Boniwell. Par leur expertise, mais aussi leur bienveillance, leur esprit résolument positif, j’ai retrouvé l’espoir de faire évoluer vraiment l’éducation de nos enfants. Nous avons abordé, entre autres, la confiance en soi, la motivation, l’optimisme, la résilience, la gestion des émotions, les relations positives, la bienveillance, la gratitude.

La bonne nouvelle ? Toutes ces compétences peuvent d’apprendre, à tout âge, et s’appuient sur des études scientifiques validées. On peut donc les enseigner aux élèves, quel que soit leur âge, pour leur permettre d’être plus performant dans leurs apprentissages académiques, mais aussi d’avoir des relations plus constructives avec leur entourage (on sait avec l’étude scientifique “Grant” de Harvard que c’est une des clés pour avoir une vie comblée).

Depuis 2017 donc, je retransmets ce savoir à des enseignants, des éducateurs, des parents qui souhaitent mieux accompagner leurs enfants, mais aussi des adultes qui ont besoin de se retrouver pour mieux aborder leur futur professionnel ou personnel. Lors d’une formation action de 4 jours, nous pratiquons et échangeons beaucoup, pour une réelle mise en action.

Début de la prochaine session à Rennes : mercredi 25 septembre 2019

En savoir plus sur la formation

Témoignages de participants